AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

if right is leaving, i'd rather be wrong.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

it's Invité

Invité





MessageSujet: if right is leaving, i'd rather be wrong. Mar 9 Nov - 0:34

tenue;;

Son cellulaire vibrait sous son oreiller alors qu'elle était en proie à un profond sommeil, doucement, elle fut forcée d'ouvrir les yeux, se frottant les yeux comme une gamine de cinq ans alors qu'elle serrait contre elle le traversin qui lui servait de peluche. Le réveil affichait à peine les sept heures – du soir – dès qu'elle passa son bras sous son coussin afin de voir quel était l'être qui osait déranger la belle aux bois dormant dans son sommeil. Une amie du lycée – qu'elle ne connaissait pas trop soit dit en passant – qui venait tout juste de décider que la jeune coréenne serait son amie du soir. Un samedi soir, oui. Ce n'était qu'extrêmement stupide de sa part que de croire que la jeune demoiselle allait sortir, avec une demoiselle qu'elle ne connaissait pas et qui l'avait tirée de ses rêves, alors qu'une meilleure option s'offrait à elle: à savoir le calme et le repos, devant la télévision à zapper négligemment avec sa demi-sœur à ses côtés et, probablement, son père avec elles. Appuyant très lentement sur la touche verte de son cellulaire, Rin Ah posa tout doucement son mobile sur son oreille. Ne prenant pas la peine de dire ne serait-ce qu'un mot pour faire comprendre à cette même amie qu'elle avait décroché, elle attendit quelques secondes que celle-ci commence un long, très long, monologue sans intérêt. Ce qu'elle voulait ? Oh, pas grand-chose. Une de ses amies l'avait lâchée alors qu'elles s'étaient toutes deux inscrite pour un genre de rencontre entre étudiants et … Elle souhaité que la jeune orpheline l'y accompagne. Pensant qu'il s'agissait du poisson d'avril avant l'heure, cette dernière ne prit point la peine de lui répondre par la négative et se contenta simplement de raccrocher sans se soucier des états d'âmes de sa camarade de classe dont elle se fichait royalement. Celle-ci devait sans douter posséder une bonne tonne d'amis, il n'était absolument pas nécessaire que miss Jang l'y accompagne. Et puis, d'abord, pourquoi elle ? La seule chose qu'elles avaient en commun c'était leur classe au lycée. Non, vraiment, il n'y avait aucunes raisons pour que cette petite soit parfaitement sérieuse dans sa volonté de sortir avec la blondinette pour ce soir. Mais le problème dans tout cela, c'était qu'elle était persistante. Très. Très persistante. Et déterminée à sortir ce soir, avec une jeune demoiselle qui n'avait aucune envie de voir des personnes ce soir, ce qui expliqua le fait qu'elle l'appela une nouvelle fois. Un soupir s'échappa d'entre les lèvres de la demoiselle alors qu'elle appuyait de nouveau sur le bouton vert, collant de nouveau son portable sur son oreille en disant à son interlocutrice qu'elle avait précisément deux minutes afin de trouver une argumentation d'enfer pour oser la faire sortir de son chez elle. Mais la seule phrase qu'elle prononça suffit amplement à faire bondir Rin Ah hors de son lit. En bas. Elle était déjà en bas de chez elle, à l'attendre. Si elle aurait pu, la blondinette l'aurait volontiers renvoyée chez elle, mais un problème majeur venait de se poser à elle. Son père, tout sourire, venait d'ouvrir la porte de sa chambre en lui annonçant joyeusement qu'une petite amie l'attendait en bas de la villa. Et zut. Elle avait su comment y faire … Comme quoi, elles devaient se connaître bien plus que Jang le pensait … Mais ce n'était pas pour autant qu'elle allait se risquer à vouloir en savoir d'avantage sur cette petite furie qui avait certainement dû la stalker pour savoir que son géniteur était du genre à forcer sa fille à sortir plutôt qu'à rester dans la maison, sur le canapé, à regarder la télé en pyjama avec des pop-corn à la main. Un nouveau soupir s'échappa de ses lèvres. Bon. Tant pis. Jang Rin Ah serait bien obligée de sortir ce soir, c'était une fatalité – ou peut-être le destin, qui sait.

Tentant un maigre sourire à l'attention de son père, elle plaça sa main sur ses poignets afin de le faire tourner sur lui-même, puis elle posa ses deux mains à plat sur ses omoplates avant de le pousser hors de la chambre; lui rappelant qu'elle allait devoir s'habiller avant d'être forcée de sortir … Où, d'ailleurs ? Elle n'en savait foutrement rien. Et s'en fichait pas mal. Tant pis, au premier coin de rue, elle abandonnerait sa chère camarade pour rentrer chez elle par la porte de derrière, discrètement, sans bruits. Regrettant déjà ses douces et moelleuses couettes sur son confortable lit. Aaaah. Vraiment. La jeune coréenne s'était faite piégée comme une gamine, cela en était presque désolant … Attrapant les premiers vêtements qui passèrent à portée de sa petite main délicate, l'étudiante oublia d'enlever ses chaussettes lorsqu'elle enfila ses talons – ainsi que ses habits – mais, trop flemmarde pour tout enlever de nouveau, elle laissa comme c'était, se surprenant à penser que cela n'était pas si horrible, que cela donnait un certain style et que cela concordait parfaitement avec sa tenue actuelle. Un petit passage éclair dans la salle de bain afin d'appliquer une légère touche de maquillage sur son visage – mais pas trop, elle n'arborait aucunes imperfections de toutes façons – et la jeune fille fut prête. Soufflant devant son miroir alors qu'elle mettait le dernier accessoire dans sa chevelure dorée, la petite coréenne se décida à sortir de sa salle de bain personnelle, traversant sa chambre en désordre avant de parvenir au couloir et de descendre les escaliers deux à deux, très lentement, tandis que son « amie » était déjà installée dans le salon avec son père, mangeant des gâteaux au chocolat délicieux que ce même homme proposa à sa fille. Déclinant l'invitation en un simple refus de main, l'ancienne orpheline posa son regard chocolaté sur sa camarade de classe qui se leva d'un air enjoué. S'exclamant joyeusement que la soirée allait être parfaitement « géééééniale », la blonde arqua un sourcil au dessus de son œil avant de demander d'un air las quand est-ce qu'elles allaient bien pouvoir partir. Agrippant le bras de cette dernière, la brune partit, gaiement dans les rues de Séoul, et c'est avec une certaine amertume que la seconde laissa ses pas la trainer loin de sa villa qu'elle chérissait tant.
Sur le chemin, la demoiselle seconde du nom eut le temps d'informer la première de cette soirée hyper-méga-giga-génialement-trop-cool, une soirée étudiante, en quelques sortes. À la différence près qu'elle se passait au karaoké et qu'il s'agissait d'un genre de speed-dating. En somme, des jeunes restaient ensemble toute une soirée dans le but qu'ils finissent dans le même lit, furent les pensées de la demoiselle. Il n'y avait pas à dire, elle haïssait déjà cette horrible soirée qui se présentait à elle. De plus, son … amie ? Lui agrippait le bras si fort qu'il était impossible de la perdre dans la rue avec d'autres jeunes … Rin Ah l'aurait volontairement envoyé paître dans une contrée lointaine, mais son père allait se poser des questions et elle allait subir une énième morale visant à socialiser la jeune fille … Ouais, mais. Elle n'avait pas envie. Finalement, elles parvinrent tant bien que mal au karaoké ou tout un troupeau d'adolescents était réunis. Soupirant d'un air las, miss Jang suivi son amie et, trop occupée à fusiller du regard les hommes qui les sifflaient à l'extérieur, se laissa embarquer dans une salle vide. Son amie la laissa là, en plan, lui disant qu'elle allait revenir d'ici quelques minutes tout au plus … Mon œil, ouais. La demoiselle s'assit sur l'espèce de canapé qui était dans le coin et posa son coude sur ses genou avant d'aller planter son menton dans la paume de sa main. Mais qu'est ce qu'elle faisait là, ha ! … Quand, finalement, la porte s'ouvrit de nouveau. Se levant de nouveau afin de voir de qui il s'agissait, elle eut un hoquet de stupeur tandis que son cœur ratait un battement. merde

    ▬ « Mais quelle chance j'ai. Je me fais trainer de force ici et, en plus, il faut que ce soit lui qui pointe le bout de son nez. Dis. Il y a pleins d'autres pièces vides – ou remplies de jolies filles en tout genre. Alors sois mignon et sors d'ici, tu veux … »


Lâcha-t-elle alors qu'elle s'asseyait de nouveau sur le canapé dans la même position que précédemment.
Revenir en haut Aller en bas

Avatar : Bling Bling ~ Kim Jonghyun {SHINee}
Pseudo : Ena
I'm here since : 07/11/2010
Messages : 155
Work : Coiffeur chez The Agency
About Me : Coréen & Bisexuel on va dire, tant qu'il ou elle est à son gout ~
Il n'a pas vraiment de rêve, il vit un peu le moment présent sans penser à plus tard. Donc, il n'a pas non plus de projet ... être coiffeur constitue sa vie après tout.




MessageSujet: Re: if right is leaving, i'd rather be wrong. Mar 9 Nov - 2:22

Tenue

Cela devait faire dix bonnes minutes que Hyun Joo se regardait dans le miroir, bataillant avec un épis de cheveux qui ne voulait se remettre en place et lui donnait l’impression d’avoir une parabole sur la tête. Il se serait presque énervé si son portable ne s’était pas mit à sonner pour lui annoncer un nouvel appel. Lâchant un soupire résiné, il abandonna son brushing pour répondre à son interlocuteur qui lui demandait où il était. Loin de toi, avait-il eu envie de dire mais il s’abstient et s’excusa calmement avant de raccrocher. Il n’est pas du genre à se taper une conversation téléphonique dès le matin, à dire vrai, cela l’agaçait plus qu’autre chose. Malgré, il se remit devant le miroir pour mater l’épis et réussit enfin à le lisser un maximum pour qu’il puisse ressembler à quelque chose de potable. Ce serait étrange pour un coiffeur de ne savoir se coiffer, non ? Absurde, diriez-vous et Joony penserait surement la même chose. Heureusement, cela n’arrivait presque jamais, sauf au réveil quand sa crinière ressemblait à celle d’un lion, à croire qu’il bouge beaucoup dans son sommeil. Le plus étrange chez lui, c’est qu’il se coiffait toujours avant de s’habiller, seulement vêtu d’une serviette autours de la taille après avoir prit une bonne douche chaude. Il pouvait bien se balader nu, personne n’habitait avec lui pour le réprimander ou lui faire savoir qu’il était seul. Auparavant, il y avait encore sa petite sœur qui squattait entre ces murs, bouffant l’intimité du jeune homme mais maintenant qu’elle vivait ailleurs, il se sentait plus libre. Bon, c’est vrai qu’elle lui manque, qu’il voudrait la voir plus souvent mais le fait de s’occuper de ses cheveux au travail suffisait amplement pour taper la conversation. Hyun Jin avait réussit à faire de sa passion qui est la musique son ’métier’ comme elle s’était plu à lui dire en lui confiant qu’elle avait passé un contrat avec une agence. Mais cela date de plusieurs mois déjà et toujours aucune nouvelle positif, rien pour le satisfaire. Pour l’instant, laissons sa chez petite de côté, il ne la verrait surement pas aujourd’hui. Aujourd’hui ? Monsieur prête son aide dans un salon de coiffure de la ville juste parce que le dirigeant est le père d’une amie qui vivait à Busan avant. Généreux le monsieur, n’est-ce pas ? Et il fait tout ça gratuitement! Évidemment, la personne au téléphone était le fameux père qui lui disait qu’ils avaient déjà ouvert depuis un bout de temps déjà et que l’adolescent n’était toujours pas présent. Lassé, il fouilla dans son armoire pour prendre de quoi s’habiller puis il enfila un boxeur, un slim blanc et un haut noir. Simple, soft et discret, comme il aimait l’être. Bien sûr, pas tout le monde regardent les fringues mais plutôt le visage et les cheveux, chose qui n’était pas commun chez lui avec son dégradé de couleur blond et marron. Fin prêt, Hyun Joo se muni de son portable, de son porte monnaie et d’autres trucs inutiles avant de quitter son appartement, s’assurant de bien fermer la porte à clé derrière lui. Pas de risque de cambriolage avec trois serrure de part et d’autre de la poignet, ce n’était pas un immeuble pour les pauvres ici. Après tout, le jeune coréen à grandit dans le luxe, il vit encore dedans sans en avoir honte, les autres n’avaient qu’à avoir sa chance. Ce n’est pas de l’égoïsme mais de l’indifférence total et c’est dans cet état d’âme qu’il rejoignit le salon de coiffure au coin de la rue. Pas loin, même pas la peine de prendre le bus.

Une fois dans le salon, Hyun Joo salua tout les employés ravit de le revoir en ce magnifique samedi matin pour une journée de pure rigolade. Pour lui, c’était juste une journée banale où il donne la chance à son amie d’avoir son aide, une grande aide quand on sait qu’il coiffe des petites stars dans une agence. Cette dernière lui proposa derechef un café noir mais il du refuser en voyant le regard revolver de son père se pointer sur lui. Un haussement d’épaule et c’est partit pour le travail! Vous ne pouvez pas savoir ce que c’est de bosser une journée entière sans être payé, juste parce que la fille du gérant est une amie de la petite école. Ça lui faisait plaisir d’un côté car elle aussi était heureuse mais voir son paternel le fusiller du regard tout les cinq minutes pour s’assurer qu’il mette pas la main aux fesses de sa fille était embêtant. Combien de fois lui avait-il assuré que jamais, ô grand jamais, il n’oserait faire ça. Mais bon allez parler à un mur derrière une vitre blindée, c’est dure de la feuille à cet âge. La matinée défila sans que le jeune homme ne puisse en profiter, entre une teinture pour une grand-mère, des mèches pour une lycéen et un mise en plie pour une dame, le pauvre ne voyait même plus le temps passer. Et encore, l’après midi fut pire. Entre temps, il invita sa chère amie à manger au restaurant d’en face … Accompagné de papa poule qui guettait sa pouline. Il ne devait pas comprendre le sens du moment « tranquillité » parce que monsieur ne se gênait pas pour commander alors que c’est le jeune Joo qui paie. Vengeance ? Mise en garde ? Aller savoir mais il était fort désagréable avec lui, surement à cause du fait qu’il l’est remballé un beau jour. Le repas terminé, le boulot reprenait. Et comme un cheveux sur la soupe, le reste de la journée se passa vite, très vite. Sauf quand le dernier client débarqua, joyeux et enthousiaste. Bonne nouvelle, il voulait un truc simple, mauvaise nouvelle, s’était un ancien pote du lycée qui continuait encore ses études. Au moins, il ne s’attarda pas sur ses longs cheveux qu’il du coupé mais plus sur le fait qu’il se tapait un monologue en regardant le jeune coiffeur faire son travail. Blablabla, soirée avec des filles, blablabla, dans un karaoké, blablabla, coup à l’hôtel assuré… S’il n’avait pas insister pour terminer le plus vite possible, Hyun Joo serait partit s’enfermer à double tour dans les toilettes. Qu’elle fut sa joie quand le client l’invita à venir alors que le blondinet déclinait de suite l’invitation. Son argument ? « Tu ne peux rien me refuser, cher Kim Hyun Joo » … Un silence, de l’argent encaissé et Kim Hyun Joo se fit entrainer dans son plan d’un soir. Les filles savaient les intentions de ce gros pervers au moins ou elles pensaient qu’ils comptaient chanter avec elles jusqu’à point d’heure ? Ce n’était en aucun cas son problème. Ce fou attendit même qu’il finisse pour passer son bras autours de son épaule et lui faire un discourt qui passait par une oreille et ressortait pas l’autre, sans faire de détour par son cerveau. Ce n’est pas qu’il ne l’aimait pas mais l’adolescent était comme ça avec presque tout le monde, surtout ses anciens camarades sans importance.

C’est ainsi qu’il se fit trainer dans les rues de Séoul pour rejoindre d’autre adolescents -surement plus jeune que lui- heureusement, demain c’était dimanche et il pourrait profiter de son lit. Faut dire, il ne le voit pas souvent ce dernier, partant tôt le matin pour revenir tard en fin de soirée. En chemin, le garçon lui confia avait des vus sur une des filles et tout et tout mais Joo s’en moquait éperdument car lui ne savait même pas ce qu’il allait faire là-bas. Au pire, il y allait, restait dix minutes et se barrait, retrouvant son magnifique appartement de bourgeois. Malgré son plan d’évasion, ils arrivèrent tout deux au karaoké sans encombre, à moins que la foule d’adolescents les écrasent au passage mais apparemment non car ils réussirent à passer sans problème. Seul bémol, monsieur l’abandonna devant une porte et lui intima d’entrée le temps qu’il aille voir quelqu’un, « sa copine d’une nuit » lâcha le blondinet en regardant ailleurs mais il hausse les épaules en soufflant et ouvrit la porte sans grande conviction. Qu’avait-il dans cette salle ? Des gamines ? Des lycéens qui ne connaissaient rien à la vie actif ? Hyun Joo sentait déjà qu’il allait s’ennuyer jusqu’à que son regard se pose sur une tignasse blonde. Non, pas possible. Le jeune fille s’était levé à son arriver pour finalement se rasseoir comme s’il était un fantôme, l’ignorant totalement avant de le charrier, comme d’habitude. Cette fille allait le tuer mais cela ne l’empêcha pas de rentrer, fermer la porte et s’asseoir à son tour comme si de rien n’était.

    ▬ « Mais quelle chance j'ai. Je me fais trainer de force ici et, en plus, il faut que ce soit lui qui pointe le bout de son nez. Dis. Il y a pleins d'autres pièces vides – ou remplies de jolies filles en tout genre. Alors sois mignon et sors d'ici, tu veux … »

    « Hyun Joo » On dirait que tu es contente de me voir, rien que le fait que tu te lève pour moi en dit long. Si toute les autres jolies filles sont aussi gamine que toi, je vais avoir de belle surprise. Je préfère reste là, tu es plus transparente que les autres et puis … C’est pas pour dire, tu es super jolie dans cette tenue


Un petit ricanement puis un sourire narquois. C’était ironique, quoique, elle avait de belle jambes quand même. La regardant de haut en bas, il lui refit un autre sourire moqueur avant de s’adosser contre le dossier du canapé, les bras posés sur ses genoux, dans une posture bien masculine. Finalement, il peut faire l’effort de rester un peu plus longtemps juste pour voir qui partirait le premier, entre elle et lui.

    « Hyun Joo » à part ça, c’est ton genre ce type de soirée, non ? Tu sais chanter correctement au moins ? Je ne voudrais pas avoir un tympan en moins quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

it's Invité

Invité





MessageSujet: Re: if right is leaving, i'd rather be wrong. Jeu 11 Nov - 22:58

Elle arqua simplement un sourcil au dessus de son oeil dès qu'il lui lança cette réplique cinglante en pleine face. Réplique à laquelle elle ne souhaita pas répondre, évidemment. Elle n'avait rien à répondre, de toutes évidences. Ce n'était pas l'effet qu'elle avait prévu de lui faire sentir, mais c'était déjà pas mal … Franchement, jamais elle n'aurait cru l'espace d'une seconde que les chaussettes sur les talons allaient réussir à séduire le coréen. Haha. Non sans blague. Déjà que le bavardage et Rin Ah faisaient un nombre bien supérieur à deux, elle ne jugea pas inutile de répondre, du moins pas à cela. Se contentant simplement de soupirer en le voyant s'asseoir à ses côtés, la jolie blondinette se poussa d'avantage sur sa gauche. Non pas pour lui faire de la place – il n'était pas si gros que cela, hein – mais plutôt parce qu'elle voulait être le plus loin possible de ce sale pot de colle. Pot de colle ? Ouais, enfin, peut-être pas totalement. Disons plutôt que le hasard ( ou la poisse selon Rin Ah. ) faisait très très souvent en sorte à ce que les deux jeunes gens se croisent. Et c'était toujours la même rengaine. Et vas-y que je t'envois une pique, et vas-y que je te la renvois, mais crois pas t'en sortir comme ça j'en ai une autre, et je t'en rebalance une moi aussi … Un vrai match de ping-pong. Mais y avait-il vraiment un vainqueur au final ? Probablement pas. Et puis, miss Jang était certaine que si elle n'était pas présente dans sa vie à lui pour lui casser les pieds, sa vie serait bien morose. Vous ne croyez pas ? Et puis même si la coréenne ne se l'avouerait certainement jamais, c'était pareil pour elle. Non pas que sa vie fut ennuyante tous les jours – quoi que ? – mais rien que voir la petite bouille à moitié blonde du jeune homme suffisait amplement à la motiver pour courir un marathon. Étrange, vous dîtes ? Un peu. Disons que cela faisait partie des excentricités de la demoiselle … Enfin, entre nous, il était mignon, non ? La blondinette secoua la tête négativement. Ho. Que lui prenait-il de penser ainsi ? Tournant son regard chocolaté discrètement vers le jeune homme, elle l'observa de haut en bas d'un air hautain. La position dans laquelle il se trouvait était tellement disgracieuse qu'elle en aurait bien pleuré de tristesse. Cet air arrogant encore affiché sur son visage la faisait presque frémir de dégout. Ce type était vraiment une erreur de la nature, elle en était absolument persuadée. Son existence était parfaitement inutile et elle ne comprenait même pas pourquoi il s'était installé à ses côtés plutôt que refermer la porte … Le plus étrange dans tout cela étant le fait qu'elle arrive autant à penser à un type qu'elle … qu'elle quoi, au final ? Qu'elle détestait ? Parce qu'elle le détestait, dans le fond ? Faisait-il vraiment partie de ces gens dont elle avait envie que leur vie vire au cauchemar ? En était-elle sûre ? Non. Bien sûr que non, évidemment. Parce que toute cette haine était justifiée. Pratiquement justifiée, parce que la raison exacte n'était pas vraiment la meilleure des excuses. Il n'avait pas tué sa mère, son père ou sa sœur. Il n'avait pas allégrement copié ses examens pendant qu'ils étaient en cours, il n'avait pas raconté à son père qu'elle adorait danser dans la rue en anonyme, il n'avait pas volé quoi que ce soit lui appartenant … Non, c'était bien pire – ou du moins aux yeux de la jeune femme. Il exerçait comme une attraction inévitable sur la demoiselle. Plus il était près, plus elle le voulait loin. Plus il était loin, plus elle souhaitait qu'il s'approche. Un paradoxe à elle-même, cette petite. Cette dernière était compliquée et chiante en plus de ça, c'était à se demander si ce n'était pas elle l'erreur de la nature. Mais disons que son physique rattrapait le tout, sans trop vouloir paraître superficielle. Elle aurait dû appliquer la technique du; « Sois belle et tais-toi. » Mais justement parce qu'elle possédait ce caractère de feu et cette non-envie de rester passive, qu'elle était tellement … tellement, Rin Ah. Et rien que son prénom signifiait tout. Son cynisme et ses sarcasmes incessants, sans parler de sa mauvaise foi et sa certaine immaturité à réagir quand quelque chose ou une situation lui échappe. Et malheureusement pour le jeune coiffeur, c'était ce qu'il s'était passé. Alors que la nouvelle riche avait décidé de se montrer un temps soit peu aimable lors de leur première rencontre, il avait fallu que le courant passe trop bien et qu'elle ne comprenne pas ce qu'il se passe. Sa soudaine tendance à rougir quand il avait eu le malheur de lui dire un compliment, ou alors son horrible manie de le contempler sans se lasser pendant qu'il parlait. C'était quelque chose qui n'était jamais arrivé. C'était quelque chose qu'elle avait profondément détesté. Les sentiments – ou toute autre forme qui s'y apparentait – n'était absolument pas pour elle. Elle se l'était interdit et, même si elle avait oublié le pourquoi du comment un instant, monsieur Kim avait été là pour lui rappeler. De plus, elle le savait, il était du genre à enchainer les relations passagères, non ? Ce n'était pas rare qu'elle le croise dans la rue avec une nouvelle nana accrochée à son bras toutes les deux semaines – voir moins. Et ce n'était pas pour Rin Ah. Loin de là. Elle qui avait passé son enfance dans une maison close avec sa mère, elle savait que trop bien ce qu'était la luxure. Voir comment sa mère avait fini – enceinte malgré elle avec un type qui s'était tiré – ne donnait absolument pas envie à sa fille de suivre le même chemin, non. Elle comptait rester seule, oui. C'était probablement impossible, elle cèderait certainement plus tard, mais elle était convaincue qu'à dix-sept ans on ne pouvait pas trouver une relation posée et … Ouais, bon. Ne faisons pas part de ses états d'âmes ici, ce n'était pas intéressant …

    « à part ça, c’est ton genre ce type de soirée, non ? Tu sais chanter correctement au moins ? Je ne voudrais pas avoir un tympan en moins quand même.
    Ferme là.
    » répondit-elle immédiatement en le fusillant du regard.


Bon, okay, ce n'était pas la meilleur des répliques qu'elle avait en stock, mais c'était sortit tout seul. Comme si cela l'intéressait vraiment, si c'était son genre de soirée, pfff. Déjà, il n'en avait rien à faire et, en plus, qu'est ce que cela pouvait bien lui faire, hein ? Il ne valait mieux pas qu'il se force à parler, finalement … Rin Ah comptait attendre sagement le retour de son amie et, ensuite, elle partirait. Ou si il la gonflait trop elle s'en irait la première, elle n'avait aucune honte à s'en aller en premier, tant qu'il ne lui cassait pas les pieds, elle était parfaitement capable de partir la première. Ayant gardé son regard glacial sur lui et laissant quelques secondes s'installer, elle haussa les épaules, lançant d'un air provocateur.

    « Je serais bien tentée de prendre le micro et te percer les deux tympans …  »


Puis, joignant le geste à la parole, elle se leva, sans le quitter des yeux, se posta droit devant lui en prenant un certain plaisir à le regarder de haut. Et, avec l'insolence propre qui lui était due, elle termina sa phrase, tendant sa main vers lui.

    « Tu penses pouvoir survivre ou tu veux me briser les oreilles à ton tour, mh ? »


Sûre d'elle ? Ah non, pas du tout. Rin Ah ne savait absolument pas comment chanter. Elle était pratiquement certaine qu'il allait décliner l'invitation en lui balançant une nouvelle réplique cinglante en pleine face ou en poussant violemment sa main … Ou voir les deux, après tout ? Laissant un sourire en coin naître sur ses lèvres, elle attendit sagement sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas

Avatar : Bling Bling ~ Kim Jonghyun {SHINee}
Pseudo : Ena
I'm here since : 07/11/2010
Messages : 155
Work : Coiffeur chez The Agency
About Me : Coréen & Bisexuel on va dire, tant qu'il ou elle est à son gout ~
Il n'a pas vraiment de rêve, il vit un peu le moment présent sans penser à plus tard. Donc, il n'a pas non plus de projet ... être coiffeur constitue sa vie après tout.




MessageSujet: Re: if right is leaving, i'd rather be wrong. Ven 12 Nov - 3:38

Oui bon, faut avouer que les chaussettes dans les chaussures, c’est quand même étrange mais quand on regarde à partir du haut des mollets, on ne voit pas totalement ce petit détails sophistiqué. En même temps, Hyun Joo ne regardait pas jusqu’aux pieds comme le dit si bien le proverbe, il s’arrêtait aux cuisses pour remonter vers son visage, l’air de rien et avec une mimique innocente. Ce n’était pas un compliment qu’il venait de lui faire, ni même une révélation mais il n’avait jamais précisé que ses chaussettes n’allaient pas avec le reste, si ? Fallait-il encore qu’il les regarde pour juger et il ne préférait pas s’attarder dessus à moins de lui faire un commentaire peu agréable comme s’il était habilleur à la place de coiffeur. Au moins, Rin Ah avait des beaux cheveux! Certes, la décrire c’est bien jolie mais voila que la demoiselle gardait sa langue, préférant ne pas répliquer alors que le jeune homme ne comprenait pas pourquoi. Avait-il poussé le bouchon trop loin pour avoir un long silence comme seule réponse? Faut croire que son faux compliment l’avait touché en plein cœur, à moins qu’elle soit dégoutée qu’il lui trouve de belles jambes ? Ma foi, elle pouvait penser ce qu’elle voulait, se faire une bataille mentale ou il ne sait quoi encore, il s’en moquait royalement. Hyun Joo prit place à côté d’elle, sans pour autant se montrer envahisseur mais la jeune fille se décala encore plus sur sa gauche comme si elle le fuyait. Non, ce n’était pas une simple impression, l’adolescente faisait tout pour garder un maximum de distance entre lui et elle. Soit, il n’allait pas non plus se coller contre elle, même pour lui chercher des noises. Ce n’était pas son genre. En même temps, ce n’était pas de sa faute s’il se retrouvait toujours avec elle, même sans le vouloir. Un pur hasard ou de la mal chance, voyez ça comme vous le désirez mais Joo prenait les choses du bon côté, elle n’était pas si féroce qu’elle voulait le faire croire. Sauf avec sa bouche peut-être. Le fait qu’elle lui envoie des piques sans arrêt alors qu’il ne lui demande rien, l’énerve et il ne peut s’empêcher de lui renvoyer l’appareil. Chacun à sa raquette en main, suffit juste de renvoyer la balle à temps et sans la louper. Chose qu’elle venait de faire en gardant le silence mais il ne s’inquiéta pas outre mesure, sachant qu’elle ne s’arrêterait pas là. C’est quand même amusant comme petit jeu -c’est ainsi qu’il le voit- et ça égaye sa vie de coiffeur. Bon, il n’y a pas qu’elle qui lui prend le choux mais c’est la meilleure des casses pieds, même le plus collant des gamins ne serait le rendre aussi réactif et réceptif … Quoique … Hyunnie ne capta même pas son regard en coin, trop occupé à observer le décor en gardant sa position initiale. Il en avait rien à faire que cela la dégoute ou pas, il avait quand même le droit de garder ses jambes écartés et ses bras poussés sur ses genoux, non ? Tant qu’il ne croisait pas son regard chocolaté, il s’en foutait largement qu’elle le critique dans sa tête. En même temps, s’il la fixait trop longtemps, le pauvre allait repenser à cette soirée où ils se sont connu et il ne le voulait pas. Après tout, si elle n’était partit comme une voleuse, ils n’en seraient pas là. De plus c’est bien elle qui a lancée la première pierre sans que lui n’y fasse rien pour. Au départ, le jeune coréen aurait pu la trouve belle, sexy, approchable mais son pas de travers lui a briser tout ses espoirs d’être comme ce soir-là. Qu’attendre d’elle à présent ? Elle n’était même pas capable de lui montrer du respect ou de la gentillesse, chose qu’il ne fera pas non plus seulement parce que madame joue les têtes de mule. Persistant vous dite ? Si seulement cela s’arrêtait là mais Hyun Joo est du genre rancunier même s’il essaye de cacher ce mauvais défaut derrière un calme effrayant. Qu’on le qualité d’insociable ou de mec réservé, cela ne change rien au fait qu’il n’est pas du genre à parler sans raison. Il peut casser, être froid ou trop directe mais c’est ça qui fait de lui ce qu’il est maintenant. Pourtant avec elle, le jeune coiffeur n’arrive pas à lui en vouloir plus que ça, bien qu’il lui lance des piques aussi cinglant que les siens mais c’est juste un réflexe. Faut dire, à une certaine époque, Joony se servait de ce réflexe pour se défendre. Les moqueries, les insultes, il y avait eu droit pendant des années et sa sœur aussi, c’est bien pour cela qu’il a quitté Busan et sa mère qui était dans un état psychique vraiment critique. C’est peut-être la raison qui le pousse à ne jamais rester avec la même nana plusieurs jours de suite ? Le temps d’une nuit et il la largue comme son père les a largué quand il était gamin. Faut quand même le faire de vouloir être une femme alors qu’être un homme c’est beaucoup mieux, non ? Hyun Joo aurait du être dégouté de la gente féminine, sachant que son paternel voulait les rejoindre mais non, il ne s’en passe plus. Toute son enfance fut un désastre par sa faute, pas de petite amie, pas de conquête, personne qui le draguait alors qu’il n’était pas moche mais le jeune homme se surpassa en allant à Séoul. Autant niveau physique que mental. Il fait des sélections, enchaine des coups d’un soir pour au final se retrouver encore plus seul qu’il ne l’était avant mais ça lui convient comme vie. La seule chose qu’il craint, c’est simplement qu’on lui ressorte les erreurs de son géniteur et qu’on le compare ouvertement à ce dernier alors que c’est un vrai salaud. Ne croyez pas que l’adolescent le déteste mais il lui a quand même pourrie son enfance à Busan. Et puis, le jour où il en aurait marre de coucher avec plusieurs filles en une semaine, il chercherait peut-être à se trouver l’être idéal, celle ou celui qui ferait battre son cœur, le rendrait mal à l’aise ou tout simplement amoureux. Mot qui n’existe pas dans son vocabulaire.

    Ferme là. répondit-elle immédiatement en le fusillant du regard.


Quelle fut sa surprise en entendant ce simple mot sortir de sa si belle bouche ? À dire vrai, il en fut satisfait en se disant qu’il avait au moins eu la meilleure réplique de ce premier round. Mais c’est bien vrai, il en avait rien à faire qu’elle aime ou non ce genre de soirée, de toute façon se serait sa dernière. Si à chaque fois il tombe sur une fille dans son genre, il préférait se faire prêtre. Ce serait comique, n’est-ce pas ? Surtout pour lui qui n’est pas du genre à être une sainte ni touche. Fin bref! Qu’elle parte la première ou pas ne le dérangeait pas, le jeune homme s’attendait même qu’elle s’en aille bien avant que l’on revienne la chercher. Évidemment, qu’il se doutait qu’elle n’était pas venu seule ici, surtout en sachant qu’on l’avaient un peu forcé. Rin Ah ne l’avait pas lâchée des yeux, continuant de le fixer avec un regard glacial avant d’hausser les épaules et de lui lancer d’un ton provocateur, limite si elle ne se serait pas jetée à son cou pour l’étranger et le laisser pour mort.

    « Je serais bien tentée de prendre le micro et te percer les deux tympans … »

    {Hyun Joo} « Essaye mais tu risque d’ameuter tout le monde. Ils vont croire que je t’égorge après »


Haussant les sourcils en souriant faussement, il plissa les paupières en la dévisageant, prenant un air mesquin tandis qu’elle venait de se lever pour lui faire face, se montrant supérieure en le prenant de haut. Cela ne fit qu’élargie son sourire avant qu’un soupire ne quitte ses lèvres et qu’il se redresse, entremêlant ses doigts, les coudes toujours posés sur ses genoux. Elle voulait jouer la carte de la condescendance ? Alors Hyun Joo entrerait dans son jeu comme si de rien n’était.

    « Tu penses pouvoir survivre ou tu veux me briser les oreilles à ton tour, mh ? »

    {Hyun Joo} « Hum, tu connais les boules quiès ? Je vais survivre à cette cacophonie, ne t’inquiète pas pour moi. »


Décroisant ses doigts, il tapa simplement dans sa main qu’elle tendait vers lui avant de lui offrir un sourire dont il avait le secret, légèrement agaçant et mignon à la fois. Il n’était pas là pour la séduire, il n’y avait même pas pensée mais il était plutôt agacé par autant d’insolence. Que cela change, l’adolescent s’en moquait, c’était assez amusant de la taquiner, de lui répondre sans faillir. Monsieur se leva alors du canapé pour aller fouiller vers la télé derrière elle. Saisissant un micro, il prit sa main doucement et lui fourra entre les doigts, sans cesser de sourire. Elle voulait lui crever les tympans ? Qu’elle commence par essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

it's Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: if right is leaving, i'd rather be wrong. Aujourd'hui à 0:13

Revenir en haut Aller en bas

if right is leaving, i'd rather be wrong.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 4. GAME OVER :: remember you :: RP abandonnés-